vendredi 10 avril 2009

Folie

Aller, un petit poème avant le week-end.

Celui-là est assez vieux. Pour remettre dans le contexte, il m'avait été inspiré par les yeux d'un ami. C'était dans un moment de grande détresse pour lui, et je me souviens encore de mon sentiment d'impuissance devant son regard. Un regard dans lequel la douleur avait des reflets de folie...

Noyade


Ce matin un ange m’a regardé.
Dans ses yeux
Un reste de paradis
Perdu
Calciné.
Dans l’ambre folle,
Voilée de larmes,
Une fée a remplit l’évier,
S’est baignée le bout des pieds.
Un éclat de rire
Au milieux des lueurs orangées,
La fée s’est laissée
Glisser
Au fond de l’évier.
Sourire aux lèvres
Sourire carnassier.
Elle s’est laissée
Noyer
Au fond de l’évier.
Sous des mètres
Et des mètres d’eau.
Puis les cils se sont baissés,
Et à la remontée,
L’ambre soudain limpide et cruelle,
Bouillon de folie
A coulée dans mes veines.
Une fumée s’élève sur mon monde de fées.
Vous ne viendrez plus casser mes jouets
Je viens de les noyer.
Dans le cendrier
Seule
Une cigarette s’est éteinte
Sous des mètres
Et des mètres
D’eau.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Si vous n'avez pas de compte google, il suffit de choisir "Nom/URL" ou "Anonyme", dans le menu défilant "commentaire".
N'hésitez pas !