mardi 19 décembre 2017

Du célibat

Je tente aujourd'hui de réveiller le blog. Et je commence par un petit constat un peu déprimant. Déprimant mais lucide. Et la lucidité, ça a du bon : ça fait avancer et laisser la merde derrière soi.






Ha, le célibat… Ce grand sujet d'achoppement avec vos ami(e)s. Que vous soyez nouvellement célibataire, toujours célibataire, encore célibataire, au final peu importe : à leurs yeux, vous n'êtes pas en couple. Et ça c'est maaaaaaaaaaaaaaal ! Et oui, parce que le couple, c'est la norme, la salvation, l'éden, le nirvana… hein ? Quoi ? Taux de divortialité en hausse constante depuis des années ? 236 300 mariages et 123 700 divorces en 2015 (soit environ 1 pour 2, source insee) ? Meuh non ! Le nirvana qu'on vous dit !

Mais bon, après tout, chacun voit midi à sa porte, et leur opinion n'engage qu'eux… ou pas. Parce que le problème est bien là : Il n'y en a pas un pour rester à sa place et ne pas chercher à appliquer son opinion aux autres. Le prosélytisme conjugale est partout, il est insidieux, vicieux, omniprésent. Dans la publicité, dans les films et les livres, bien sûr, mais aussi et surtout dans le regard de vos amis.

Et là, chacun sa méthode.

Il y a ceux qui vous disent « non, mais t'inquiète pas, tu es une belle femme (ou un bel homme, ça marche aussi), tu vas retrouver quelqu'un ! Et puis tu es encore jeune... ». Celui-là, heureusement que les lois sur le meurtre sont assez strictes. Parce qu'il faut bien l'avouer, l'envie de l'étriper avec les dents est souvent très forte. Ou avec une petite cuillère émoussée, c'est selon, on ne juge pas.

Il y a ceux qui vous arrangent des rancarts. Ha ! Le fameux rancart avec « le/la pote célibataire qui va forcément nous plaire… D'ailleurs ils ne savent même pas pourquoi ils n'y ont pas pensé avant… ». Je peux répondre à cette question : c'est parce qu'avant, vous pensiez, justement ! Se mêler des affaires de fesses ou de cœur des copains, ce n'est pas penser : c'est vomir avec le cerveau. Alors recommencez à penser, et foutez la paix à notre cul. Merci.

Vous avez aussi ceux, plus rares heureusement, qui vous poussent à vous inscrire sur les sites de rencontre (voir vous y inscrivent eux-même). Alors mon conseil si vous êtes une femme : faites-le un peu avant les fêtes. Comme ça, vous aurez de quoi remplir un magnifique calendrier de l'avent avec des photos de bites. Top classe ! On en rêvait.

Et enfin, et c'est là que je veux en venir, il y a ceux qui vous oublient. Ceux-là, ils font mal. Vraiment. Vous ne voyez pas de quoi je parle ? Je vais vous éclairer. Les gens en couple sortent (au sens très large du terme) avec d'autres couples. « Tiens, et si on se faisait un resto avec Germaine et Alphonse ? » « Ha oui, bonne idée, ça fait longtemps qu'on ne LES a pas vus ! ». Le LES est prédominant. Si nous sommes deux, il faut un miroir en face. Donc deux aussi (oui je sais compter jusqu'à deux, même trois, mais seulement après deux cafés). Vous, la/le célibataire, vous faites un mauvais miroir.
Alors on se réfugie derrière des bons sentiments « Nan, mais Jocelyne, elle va tenir la chandelle, ce n'est pas sympa pour elle... ». C'est vrai que tenir Jocelyne à l'écart de tous les événements amicaux, c'est trop sympa. Elle vous décernera sûrement la médaille de l'ami(e) de l'année.

Alors décortiquons un peu cette idée de merde de « tenir la chandelle », voulez-vous ? D'ailleurs, si vous ne voulez pas, je vais le faire quand même, c'est mon blog, je fais ce que je veux. Qu'est-ce que ça veut dire « tenir la chandelle » ? Ça veut dire qu'elle va s'ennuyer. Hein ? Mais pourquoi ?
De deux choses l'une : soit vous considérez Jocelyne comme une grosse débile incapable de parler à deux personnes en même temps, soit c'est vous le problème.
Alors ? Est-ce vous le problème ? Êtes-vous si incapables de parler d'autre chose que de votre couple ? Depuis que vous êtes deux, vous avez jeté vos cervelles et vous n'avez plus de centres d’intérêts autres que « qui sort la poubelle ce soir ? » ?
Si c'est le cas, inquiétez-vous pour vous, pas pour Jocelyne.

Donc oui, c'est une idée de merde. Mais la majorité des couples s'en servent régulièrement pour évincer leurs ami(e)s célibataires. Et c'est pour cette raison que beaucoup de célibataires finissent… seul(e)s.

Être célibataire, c'est une fois sur deux un choix, pas une calamité. Du moins au départ. Mais rapidement, on se rend compte qu'être célibataire veut dire être seul(e). Parce que vos ami(e)s vous abandonnent. Ho ! Pas du jour au lendemain ! Non, progressivement. Ça se met en place insidieusement, au fur et à mesure qu'ils font ce constat simple : vous ne courrez pas après une nouvelle « moitié ». Alors commence l'exclusion. Les dîners entre couple, les soirées sans autre célibataire (oui n'oubliez pas, vous êtes trop cons pour parler avec des gens en couple)… On ne vous invite plus. Et ce n'est que la première étape. Après on ne répond plus à vos invitations, ou le moins souvent possible. Vous proposez un réveillon, ou tout autre événement des mois à l'avance, mais on va toujours donner la priorité à une invitation émanant d'un autre couple. Même si cette invitation arrive à la dernière minute. Le comble étant de vous laisser sans réponse en attendant une autre invitation. Le fameux « pour le moment j'ai rien de prévu, je te tiens au courant. »… Ont-ils la moindre conscience de ce que cette réponse a d'insultant ? Et oui, vous n'êtes plus que le « faute de mieux ». Merveilleux.

Au final, on finit par s'y faire et ne plus chercher à voir ces personnes. On finit toujours par ne plus essayer. Certains se mettront en couple par dépit avec un(e) aussi dépité(e) qu'eux. D'autres feront le choix d'être célibataires et seul(e)s. Parce qu'ils ne se reconnaissent définitivement pas dans le modèle du couple. Qu'ils se considèrent (sacrilège ! Hérésie !) comme entier à eux seul(e)s. Ils n'ont donc pas besoin d'une « moitié ». Mais quand nous faisons ce choix, nous savons que la solitude sera notre plus fidèle amie.


Alors bien sûr, il existe quelques couples qui ne se comportent pas comme ça. Qui demeurent des individus et pas des « moitiés ». Ceux-là restent fidèles à eux-même… et à vous. Ils sont rares, et ne vous faites pas d'illusions : si vous avez deux couples de cette sorte dans vos amis, alors vous êtes extrêmement privilégié(e)s. Choyez-les car les autres vous tourneront le dos tôt ou tard. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Si vous n'avez pas de compte google, il suffit de choisir "Nom/URL" ou "Anonyme", dans le menu défilant "commentaire".
N'hésitez pas !